Terres de Nauze

S'adapter à l'informatique.

 

PAYS de BELVÈS

 

 

 

CIMG6366.JPG

 

Le rôle d'éducateur, de conseiller et de formateur de Jérôme, permettra à beaucoup de briser l'a priori d'inaccessibilité à l'outil informatique. Photo Pierre Fabre.

 

Au siècle dernier, les analphabètes étaient celles  et ceux qui n'avaient ni appris à lire ni à écrire. Cette communauté, grâce à l'école, est devenue marginale.

 

Notre siècle, celui de l'informatique, bouleverse cette notion et l'analphabétisme étendra rapidement son champ, si ce n'est déjà fait, à celles et à ceux qui n'ont, ou n'auront, aucun moyen de préhension et d'accès à l'informatique.

Au siècle dernier, pour un prestataire ou un fournisseur de services, il était logique et normal d'afficher son numéro de téléphone. C'est, certes, toujours vrai… mais de moins en moins. Ce qu'il faut absolument mettre en évidence, c'est la page web permettant à la clientèle, 24 heures sur 24, sans intervention humaine, de connaître le prix d'une fourniture, les heures d'ouverture d'une entreprise, etc.

Attention, il faudra, naturellement, continuer de savoir écrire pour interpeller les serveurs ; et, là, l'orthographie conserve toute sa valeur.

 

Les jeunes générations, qui n'ont pas connu le franc, ne connaissent pas les commandes papier et, à corps perdu, se lancent sur le net, pour faire venir d'un pays étranger, un article difficilement localisable ou introuvable dans leur ville.

 

Le téléphone a été un lien merveilleux du siècle précédent. Il perd, chaque jour, du terrain, au bénéfice de messageries qui n'ont plus grand chose d'humain. Les documents-papier, eux aussi, font face à cet abandon progressif.

 

Pour les générations qui n'ont pas voulu s'y mettre, il sera de plus en plus difficile d'obtenir un certificat d'immatriculation pour un véhicule, si l'on ne sait se servir d'internet. Au bureau de poste, jadis, on envoyait des mandats. Si, aujourd'hui, vous comptez apurer un compte débiteur, en déposant du numéraire dans un bureau de poste, pour atteindre le C.C.P. de votre pépiniériste vous risquez d'avoir une déconvenue.

 

C'est un peu pour tout cela que Jérôme Hénocq se propose de rencontrer celles et ceux qui appréhendent ce grand changement de nos habitudes.

 

Il faut savoir prendre les choses avec méthode. Tout d'abord, savoir ouvrir et fermer son ordinateur, accéder à sa boîte mails, se placer en situation de dialogue avec les sites web, et le reste, au jour le jour, fera son chemin.

 

Jérôme va rencontrer des néophytes, certainement, il recevra, aussi, des internautes qui maîtrisent imparfaitement l'outil et qui souhaitent parfaire leurs connaissances.

 

 

Jérôme est bénévole. Sa satisfaction est -et sera- de rendre service aux internautes en herbe et aux autres.

 

Il reçoit tous les mercredis, de 10 h a 12 h, à l'ancien collège-lycée, au bout de la rue Rubigan.

 

 

 

 

 



22/03/2018
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres