Terres de Nauze

La cérémonie du 27 mai "plombée" par le devoir de réserve.

 


Une journée nationale de la Résistance plombée par le devoir de réserve.
 
A.G. de routine pour les co-présidents de l'ANACR. De gauche à droite, Joëlle Krebs, trésorière, J-Cl Eymet et Muriel Delmas, les co-présidents.

 

Ce 27 mai, le soleil brillait de tous ses feux.  Le cadre bien ombragé du mémorial de la Résistance se prêtait parfaitement pour accueillir  les personnes, adeptes du devoir de mémoire, venues rendre hommage à la mouvance partisane et, plus particulièrement, à ses héros qui n'ont pas connu la Libération car ils furent fauchés sous les tirs des hommes du IIIèmeReich.


Un paradoxe. Cette année, les directives formelles de l'Intérieur écartaient toutes présences protocolaires lors de ces manifestations. Le sous-préfet ne pouvait donc point y paraître [pour les cinq précédentes manifestations, le représentant de l'État a toujours honoré ce rituel] et pas davantage les gendarmes qui ont systématiquement escorté ces cérémonies. Ce ne fut pas, là, le moindre paradoxe car cette année, l'A.N.A.C.R. avait choisi d'honorer les gendarmes qui ont aidé, au péril de leur vie, la Résistance, dans les heures les plus difficiles.

Ce blog reviendra, demain, sur la cérémonie au rond-point de la Résistance et, après-demain, se focalisera sur le dévoilement de la plaque honorant Paulin Dubeau.


Participations juvéniles. On notera que, bien que cette journée, un samedi, ait été, par son implant calendaire, hors de portée pour les scolaires, Anaïs et Louis, deux jeunes écoliers sagelacois, ont escorté Brigitte Pistolozzi, pour le dépôt de la gerbe du Conseil départemental. Lila Trombetta, une jeune lycéenne monplaisanaise, scolarisée à Périgueux, a rappelé quelques détails sur la genèse et l'historicité du Chant des partisans. Manon Desplain, Belvésoise, étudiante à Agen, par sa prise de parole, a souligné combien il est difficile de désobéir quand l'intérêt supérieur de la dignité humaine amène à refuser la soumission stupide et passive.

 

Bien entendu, ce blog reviendra, demain et après-demain, grâce aux contributions photographiques de Bernard Malhache et d'Alain Eymet, sur tout cela.

 

 

Une journée nationale de la Résistance plombée par le devoir de réserve.  

 

L'A.G. se termine,  la cérémonie va commencer. 

 

 

Photos Pierre Fabre.



28/05/2017
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres