Terres de Nauze

La belle échappée tricolore défaite aux portes de Bergerac.

 

 

SIORAC-en-PÉRIGORD

 

Depuis des mois, "on" en parlait... "On" l'attendait de pied ferme. À qui le devons-nous... certainement à nos décideurs. Ce faisant, ils n'ont assumé que leur devoir de mandataires des Dordognais comme le professeur ne fait que son devoir en donnant ses cours aux élèves, le facteur en nous apportant le courrier...

 

Le Tour en Dordogne, ce n'est pas une première ! Les plus anciens se rappellent, peut-être, du passage de la "grande boucle" en Périgord, au début des années 50. Maurice Nusembaum, un exploitant forestier fongauffiérain, avait affrété pour la jeunesse du pays, un camion découvert pour ces jeunes qui, dans l'allégresse de l'adolescence, sont partis à Sorges. On n'avait pas le même regard sur le transport des personnes qu'aujourd'hui... sinon, ces jeunes n'auraient pas vu le Tour.

En 1962, l'étape contre la montre Bergerac-Périgueux sacralisa Jacques Anquetil, à trois jours de Paris, lors d'une journée bien arrosée. Les Pétrocoriens, dans ce contexte, n'ont même pas eu droit au tour d'honneur du vainqueur.

 

Le Tour est, depuis, repassé bien des fois en Dordogne, tragiquement même, en 1964. C'était au Port-de-Couze. C'est, néanmoins, bien la première fois qu'il concède deux journées au Pays de La Boétie et de Montaigne.

 


.L'échappée tricolore défaite à 7  Km de l'arrivée
 
Le magazine sportif "L'Équipe" suit le tour. Quoi de plus naturel ! 


.L'échappée tricolore défaite à 7  Km de l'arrivée
 
En "huissier" de l'épreuve, un gendarme motorisé donne le la. Quelle majesté dans ce rituel sécuritaire ! Il suscita, et c'est bien normal,  les applaudissements du public. Nos gendarmes sont, dans l'épreuve sportive, de précieux appuis pour la discipline du public. On imagine mal comment le Tour pourrait être opérationnel sans le concours de la force publique.

 

.L'échappée tricolore défaite à 7  Km de l'arrivée
 
Le gendarme, sensible à la symbiose qui unit le public et  les gendarmes, répond aux applaudissements.  


.L'échappée tricolore défaite à 7  Km de l'arrivée
 

 

La caravane, toujours très populaire, est toujours plébiscitée.


.L'échappée tricolore défaite à 7  Km de l'arrivée
 

On s'approche de Siorac. Deux tricolores Yoann Offredo et Elie Gisbert, à 16 h 04 dans la côte de Domme, ont ouvert la course. Les commentateurs saluaient ces deux "néophytes" du Tour. Ils ont fait vibrer nos coeurs gaulois pendant deux heures. On s'est croisé les doigts. Que faire devant la puissance d'un peloton bien décidé à  s'imposer à l'arrivée !

Bravo Yoann et Elie ! Cela aurait été si beau un tandem tricolore victorieux dans la ville qui inspira la licence poétique d'Edmond Rostand pour imaginer Cyrano !


.L'échappée tricolore défaite à 7  Km de l'arrivée

 

Ils sont, au rond-point, à 3 minutes des deux premiers.

 

.L'échappée tricolore défaite à 7  Km de l'arrivée

 

Le rêve devient cauchemar. C'est cruel et rageant mais c'est la loi du sport !

Merci à tous.

 

 

Pierre Fabre



12/07/2017
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres