Terres de Nauze

Huis-clos pour l'élection du bureau municipal

 

CIMG0741.jpg

 

En avril 2016, après la démission de J-Pierre Riehl, l'écharpe de maire de Siorac revint à Didier Roques. Il l'a reçue des mains de son prédécesseur. Entre ce vendredi et dimanche, dans notre bassin de vie, on ne pourrait voir de passage d'écharpe qu'à Grives et à St Laurent.  Toujours à cause de ce sinistre coronavirus, il vaudra, sans doute, mieux, pour ce rituel, attendre que la prescription des 2 mètres d'écart soit devenue caduque. Photo Pierre Fabre

 

La remise d'une écharpe tricolore est toujours un moment émouvant. Ce moment est  certes prenant pour le récipiendaire mais aussi pour celles et ceux qui, par leurs votes et dans le secret de l'isoloir, l'ont implicitement dessiné.

 

Il serait intéressant que cette tradition républicaine soit, par exemple, expliquée aux écoliers et élèves avec, pourquoi pas, une présence autour de la table pour suivre ce cérémonial. Mieux qu'un cours abstrait, cela serait un excellent moment de découverte civique.

 

Cette année, assister à ce premier temps d'une mandature municipale, hélas, ne se pourra pas pour respecter une sage décision de confinement.

 

Rappelons que ce jour-là, en ouvrant la séance, le maire sortant installe les citoyens qui ont été proclamés élus. Il s'efface ensuite pour donner la présidence de la seconde partie de la première réunion de la mandature au doyen d'âge. S'il ne figure plus dans le conseil municipal, le maire sortant quitte alors la table pour rejoindre les bancs du public. Le doyen d'âge recense ensuite les candidats pour le fauteuil de maire puis les élus votent à bulletin secret. Traditionnellement, quand l'élection n'est qu'une formalité qui ne laisse aucun doute, a fortiori quand les élus sont issus d'une liste unique, le candidat pour le poste de maire, s'abstient pour éviter l'aspect narcissique, grotesque et caricatural de voter pour lui-même.  Après la proclamation des résultats, le maire élu, comme il se doit, prend la présidence de l'assemblée communale. 

 

Cette année, ce rituel républicain ne sera pas de mise car on imagine mal, à cause du coronavirus, comment des élus se tenant à 2 mètres de leurs alter ego, pourraient se réunir dans la salle du conseil municipal. Dans de nombreuses communes, ce sera donc dans la salle des fêtes que l'on procèdera à l'élection du bureau. 

 



19/03/2020
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres