Terres de Nauze

Dans le champ de "Ligne de vie", Marie-Noëlle devient ambassadrice de nos T.E.R.

 

 

 

 

Marie-Noêlle Agen.jpg

 

Marie-Noëlle Faure, figure emblématique de la vie caritative, pas seulement locale, a troqué ses attributs de guide du Téléthon pour devenir l'ambassadrice des adeptes des T.E.R.

 

Elle représenta, pour cette manifestation, Périgord rail +.

 

Il y a quelques jours, elle était à Agen, bloquant symboliquement le départ du dernier T.E.R. des jours de semaine, pour exprimer le désir, ô combien compréhensible, que celui-ci attende l'arrivée du T.G.V. en provenance de Paris, pour relever une correspondance pertinente pour la ligne Agen-Périgueux. 

 

 

élus 47.jpg

 

 

Une petite remarque. Il est normal, voire souhaitable, que les citoyens formulent des critiques sur les aberrations remarquées, çà et là, mais il faudrait éviter de se tromper de cible. Le réseau T.E.R est entre les mains des conseils régionaux. L'institution ferroviaire, en quelque sorte, n'est plus que le maître d'œuvre. La maîtrise d'ouvrage étant aux mains de l'exécutif régional.  Les  dysfonctionnements remarqués au niveau de l'adéquation des sillons horaires, aussi regrettables qu'ils soient, l'exemple de cet article, manifestement, en est un, ne sont pas dûs à une impéritie de l'opérateur ferroviaire mais à corriger, si cela est possible, par les décideurs du conseil régional.

 

Gardons nous de croire que la problématique est simple, le dossier demeure complexe, voire shakespearien.

 

Attention, ce n'est pas si simple. Il faut bien être conscient que les dessertes ont, d'une part, un coût et, d'autre part, ont à être placées dans les sillons horaires compatibles avec les flux T.G.V, et I.C. avec des pôles de correspondances à chaque extrémité, parfois dans des pôles mineurs implantés le long du parcours. Cela est vrai partout avec encore plus de sujétions en voie unique. 

 

 

Méfions-nous de ces jugements de valeur qui partent dans tous les sens sans analyses, sur la politique, sur la vie sociétale, en général et inspirons-nous de l'aphorisme de Paul Valéry dans "Regard sur le monde actuel" Nous ne savons vraiment que ce que nous savons faire

 

Oui, Marie-Noëlle a raison de se "décarcasser" pour  soutenir sa ligne ferroviaire, celle qui la conduit à Agen pour défendre les intérêts de ses mandants handicapés du travail, celle où son papa a consacré bien des jours et des nuits, soit pour des tournées de chaleur, soit, par des nuits glaciales, pour casser les congères du Souterrain de Latrape. La bonne foi évidente de Marie-Noëlle tombe sous le sens. En est-il de même pour ces porteurs d'écharpe au gland d'or ? C'est tout aussi évident pour certains d'entre eux. Saluons la constance de Jean-Jacques Brouillet, maire de Monsempron-Libos, en appui, à droite de l'image du T.E.R, c'est à dire à gauche du train. Pour cet élu d'un vieux bastion ferroviaire, c'est une démarche logique de soutenir la cause du rail. C'est parfois cornélien pour des élus, notamment ceux qui affichent leur sensibilité libérale et c'est naturellement leur droit, de se porter localement au secours de l'intérêt général.

 

Oui, il paraît aberrant de constater bien des choses ; mais, peut-on, simultanément, sans jouer un double jeu, enrichir l'offre de desserte, renforcer le personnel humain, réduire la consommation d'énergie, et les coûts de l'entreprise. Voilà un chantier bien ambitieux. Est-ce pragmatique, rationnel, cohérent et faisable ? Là, est la question !



12/07/2019
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 222 autres membres